top of page

Projet de la vallée Glen

À l’est de la municipalité se retrouve la vallée de Glen. Cette prairie de 80 acres est de loin la plus grande d'une poignée de champs ouverts qui ont autrefois dominé la municipalité en tant que terres agricoles. La rivière Dalesville coule au centre de la vallée, offrant une variété particulièrement intéressante d'écosystèmes, de sites de nidification et de sources de nourriture pour les oiseaux. Historiquement, la vallée a été l'habitat idéal pour un éventail d'oiseaux tout au long de l'année. Au printemps et à l'automne, des volées de bernaches du Canada et d'autres oiseaux aquatiques se reposent au cours de leurs déplacements. Les oiseaux d'hiver tels que les geais bleus, les mésanges, les gros-becs et les pinsons voltigent dans les forêts qui entourent la vallée pendant les mois les plus froids. Et l'été a toujours vu une grande variété d'oiseaux, notamment des carouges à épaulettes, des martins-pêcheurs, des killdeer, des moineaux, des merles bleus et des hirondelles. Malheureusement, les populations d'oiseaux ont considérablement diminué dans tout le pays, certains estimant que la population d'oiseaux des prairies a chuté de 57 % depuis 1970.




Dans la vallée de la Glen, ce phénomène se manifeste surtout par la disparition des hirondelles de rivage. Les insectivores aériens, en tant que groupe, connaissent un déclin important de leurs populations en Amérique du Nord. Au Canada, l'hirondelle de rivage a diminué de 98 % au cours des 40 dernières années, ce qui a entraîné son inscription sur la liste fédérale des espèces "menacées" en 2017, en vertu de la loi canadienne sur les espèces en péril. Alors que la population locale était florissante et comptait des centaines d'individus, il n'en reste presque plus aujourd'hui. Il était autrefois courant de voir les lignes électriques de la vallée chargées d'oiseaux perchés d'un poteau à l'autre. Cependant, entre autres facteurs, les modifications de leur habitat les ont naturellement amenées à chercher d'autres sites de nidification. Les hirondelles de rivage nichent généralement en colonies et recherchent des berges abruptes dans du sable naturellement compact, que l'on trouve normalement le long des berges des rivières ou, dans ce cas, dans d'anciennes sablières. La sablière qui dominait la vallée dans le passé a disparu et avec elle les oiseaux.



L'un des trois objectifs principaux de WILD est la protection et éventuellement la restauration des habitats. L'été dernier, nous avons proposé notre projet de restauration au Club Manitou, propriétaire actuel de la majorité de la vallée de la Glen, qui a très généreusement accepté de nous permettre d'accéder à ses terres et de les utiliser pour notre projet. Après avoir examiné le terrain avec Martin Picard, directeur général de Développement ornithologique Argenteuil (DOA), il a déterminé que nous étions un candidat idéal pour un projet pilote visant à rétablir une colonie d'hirondelles de rivage. Martin a fait des recherches approfondies sur des projets similaires et a conçu des nichoirs qui reprennent les meilleurs éléments d'autres projets qui ont fait leurs preuves. Comme vous pouvez le voir sur le schéma ci-dessous, chaque nichoir comporte 28 tunnels avec un espace intérieur pour le nid. Nous prévoyons de placer 5 nichoirs pour un total de 50 pieds d'escarpement artificiel et de l'espace pour 140 couples.





L'automne dernier, l'installation des nichoirs a commencé et vous pouvez voir sur la photo ci-dessous que les vestiges de l'ancienne sablière constituent un environnement parfait pour nos hirondelles. Les nids seront situés à proximité de la chemin Glen et une partie du projet comprendra un site d'observation. Cet endroit est répertorié dans le 'Guide des sites d'observation d'oiseaux d'Argenteuil' et pour faciliter l'observation des oiseaux, nous construirons un petit stationnement et installerons des panneaux d'information ce printemps.



Le projet concernant les hirondelles n'est que la première partie d'un projet de restauration plus vaste dans la vallée. Pour encourager le retour des merles bleus, 15 nichoirs supplémentaires ont été installés en octobre (voir l'emplacement ci-dessous). Martin est convaincu que la vallée pourrait facilement accueillir plusieurs fois ce nombre de nichoirs et des projets sont également en cours pour planter des fleurs sauvages indigènes, attirer d'autres espèces d'oiseaux et installer des ruches. Les prochaines années seront passionnantes pour ce projet et pour l'écosystème qu'il contribuera à préserver !



La première phase de notre projet nécessitera un investissement total de plus de 25 000 dollars et nous annoncerons le soutien financier de plusieurs partenaires dans les prochains jours. Nous tenons à remercier une fois de plus nos partenaires : le club Manitou et le DOA pour leur travail sur le projet et vous pouvez vous attendre à des mises à jour ici sur le retour espéré de ces oiseaux dans notre communauté. Nous vous encourageons à observer les oiseaux ce printemps et vous pouvez vous attendre à une présentation organisée du site cet été.









Commenti

Valutazione 0 stelle su 5.
Non ci sono ancora valutazioni

Aggiungi una valutazione
bottom of page